Café histoire

histoire

La fin de la Seconde Guerre mondiale vit paraître en Suisse un journal qui, bien qu’interdit de diffusion publique, circula dans tout le pays. Il était rédigé dans les camps d’internement des réfugiés.

Über die Grenzen était un journal par des réfugiés, pour des réfugiés. Nullement placardée, indisponible en kiosque, cette gazette des émigrants était malgré tout diffusée dans tout le pays. «Nous avions jusqu’alors le droit de penser ce que nous voulions écrire; nous voulons désormais écrire ce que nous pensons», affirme un rédacteur en novembre 1944 depuis le camp d’internement de Wallisellen, en guise d’introduction de la première édition. Ses auteures et auteurs étaient dispersés dans toute la Suisse, car le système des camps de travail et d’internement avait réparti les plus de 40 000 réfugiés tolérés par la Confédération, pour la plupart apatrides, dans toutes les régions et vallées du pays.

La suite : Un journal par des réfugiés, pour des réfugiés | Le Blog du Musee national suisse

Catégories : #Histoire

Tags : #HistoireSuisse #39-45

Vous pouvez ajouter un commentaire et consulter les commentaires déjà publiés en cliquant sur Discuss...

Pour retrouver l'ensemble de mes billets de blogs : [https://lyonelkaufmann.ch]

Lyonel Kaufmann 2023-2024 https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Catégories du Blog: #AuCafé #Histoire #Roadbook #lecture #musique #photographie

Divisé en 10 chapitres, ce Rapport de recherche présente chronologiquement tout ce que la science historique suisse a écrit sur l’activité des Suisses et de la Suisse en contexte colonial au cours des dernières décennies, en remontant parfois jusqu’au XIXe siècle.

Georg Kreis.

La présentation de l’éditeur (traduite)

Suivant une tendance transnationale, les activités coloniales et les participations de la Suisse à l'esclavage sont récemment devenues des sujets très médiatisés. Au cours des trois dernières décennies, de nombreuses études spéciales ont été publiées, qui ont reçu beaucoup d'attention par les médias. Il est temps d'avoir une vue d'ensemble de l'état actuel de ce domaine de recherche.

Les travaux montrent dans quelle mesure la Suisse, bien qu'elle ne soit formellement pas une puissance coloniale, a un passé colonial et continue d'agir sur les sites contaminés de cette période. L'auteur s'interroge sur les motivations qui ont déterminé l'étude de la problématique coloniale et donne un aperçu de la littérature publiée au cours des trois dernières décennies.

Lien : Blicke auf die koloniale Schweiz Ein Forschungsbericht

Extrait de compte-rendu réalisé par Filippo Contarini

Certaines voix critiquent l’approche postcoloniale comme étant simpliste (p. 12, 52). D’autres affirment qu’elle a un arrière-plan puritain (p. 55). Je pense plutôt que nous assistons à une certaine « juridicisation » de l’histoire (comme c’est également le cas avec le mouvement #MeToo). Le colonialisme est repensé comme une activité criminelle (p. 54, 184). Cela permet de distinguer clairement les rôles de victime et d’agresseur (p. 28). L’historienne n’agit plus comme un juge (Ginzburg), mais plutôt comme un procureur qui écoute la victime afin de débusquer le coupable. L’historiographie est ainsi légitimée, d’une part, pour enquêter sur les dispositifs mis en place pour oublier les méfaits, qui provoquent l’amnésie des événements coloniaux (p. 108, 113, 172), et d’autre part, pour s’opposer aux structures de pouvoir fondées sur l’héritage économique, en soutenant que l’héritage des crimes suisses désavantage toujours les victimes à l’intérieur et à l’extérieur de l’Europe (p. 108). Grâce à cette lecture, Kreis peut expliquer que la Suisse a une responsabilité historique, même si elle n’était pas une puissance coloniale : en tant qu’institutions étatiques, les cantons et puis la Confédération ont omis d’édicter des règles interdisant aux Suisses de perpétrer leurs crimes (p. 173).

Lien : Filippo Contarini, « Georg Kreis, Blicke auf die koloniale Schweiz », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 23 mai 2024, consulté le 06 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13507 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11pqs

Catégories : #lecture #Histoire

Tags : #HistoireSuisse #colonialisme #esclavage

Vous pouvez ajouter un commentaire et consulter les commentaires déjà publiés en cliquant sur Discuss...

Pour retrouver l'ensemble de mes billets de blogs : [https://lyonelkaufmann.ch]

Lyonel Kaufmann 2023-2024 https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Catégories du Blog: #AuCafé #Histoire #Roadbook #lecture #musique #photographie

Témoin des tumultes du XXe siècle, Tina Modotti a façonné une vision singulière, engagée et personnelle de la photographie en s’imprégnant des révolutions de son époque. De l’avènement du cinéma muet aux combats des populations indigènes mexicaines, de l’agitation communiste aux bouleversements de la guerre civile espagnole, son objectif a capturé les soubresauts d’une ère en quête d’identité et d’idéaux.

Femme de Tehuantepec portant un jicalpextle, 1929 – © Tina Modotti, courtesy galerie Throckmorton Fine Art, New York

Engagée et esthète, Tina Modotti saisira l’agitation d’un Mexique postrévolutionnaire avec un regard critique et une esthétique unique, capturant les inégalités et les mouvements sociaux. Ses photographies prises sur le vif documentent et façonnent non seulement l’identité mexicaine, mais aussi le rôle de la femme en pleine redéfinition. Elle met en lumière les plus défavorisées.

Mais comment obtenir des images fortes fidèles à ses principes esthétiques sans trahir ses idéaux ? Comment pratiquer une photographie sociale que le peuple puisse comprendre et s’approprier ?

Cartouchière, faucille et guitare, 1927 – © Tina Modotti, Collection et archives de la Fundación Televisa, Mexico

Tina Modotti procède alors par des symboles et des allégories ainsi qu'en témoigne l'image ci-dessus.

À lire et source : Zoom photographe : Tina Modotti, la révolte par l’image

Catégories : #AuCafé #Histoire #photographie

Vous pouvez ajouter un commentaire et consulter les commentaires déjà publiés en cliquant sur Discuss...

Pour retrouver l'ensemble de mes billets de blogs : [https://lyonelkaufmann.ch]

Lyonel Kaufmann 2023-2024 https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Catégories du Blog: #AuCafé #Histoire #Roadbook #lecture #musique #photographie

Au fil de mes recherches du jour, je suis ”retombé” sur un billet de Frédéric Clavert sur Hypotheses, sur son blog désormais archivé. Sur celui-ci, il menait une réflexion sur les évolutions de la pratique de l’histoire contemporaine à l’ère numérique et expliquait et approfondir la notion de mise en données de l’histoire. Interroger le rapport de l’historien.ne à ses sources. J’y trouve un nouvel intérêt en lien avec certaines de mes réflexions actuelles en lien avec des recherches en cours sur l’élaboration/développement d’un environnement virtuel de recherche (EVR) pour un enseignement de l’histoire à l’ère du numérique.

Photo de Museums Victoria sur Unsplash

Dans ce billet, Frédéric Clavert partage ses réflexions sur ce que pourrait être un enseignement des Humanités numériques «au fil du cursus» d’un étudiant à partir de son cours (trois fois deux heures) de méthodologie numérique en master 2 de relations internationales.

Dès le premier cours, il a l’impression que 80% des étudiants ont lâché prise. Finalement, il proposera une troisième séance organisées différemment. Il en retire la nécessité de donner la possibilité aux étudiants d’appréhender concrètement ce à quoi servent les outils et méthodes numériques.

Ses propositions : 1. commencer par un enseignement de culture numérique générale, touchant autant à l’usage des logiciels de base (traitements de texte par exemple) qu’à l’usage des réseaux sociaux et du web en général.

En note, il fait d’ailleurs la remarque suivante relativement au traitement de texte: > Même le traitement de texte doit être soumis à ces réflexions. Il suffit de lire Le Pendule de Foucault d’Umberto Eco dont un passage montre la manière dont l’ordinateur et le traitement de texte ont changé nos façons d’écrire pour s’en rendre compte.

il postule, par exemple, qu’expliquer comment faire une note de bas de page permet de toucher directement à la méthode historienne. Progressivement, en montrant les fonctions d’un traitement de texte, on montre également comment rendre l’ordinateur plus intelligent. Il est ensuite rendu encore plus intelligent en recourant à des techniques d’encodage par la structuration des données.

  1. partir du traitement de texte, pour orienter les étudiants vers le principe des langages par balises (comme le HTML, le XML ou la TEI P5).

  2. créer son corpus de données, l’élaborer, le structurer, l’exploiter, le visualiser à des fins professionnelles dans un sens large (recherche comprise) et introduire les notions de lecture distante / lecture proche.

Pour chaque approche, il s’agit d’allier des progrès pratiques et utiles aux étudiants et des réflexions méthodologiques et épistémologiques nécessaires à la pratique de l’histoire.

« Progressivement, on peut introduire des concepts incontournables – y compris une notion comme celle d’algorithme, que les historiens devraient plus interroger – et réinsérer le couple Histoire/Numérique dans des phénomènes numériques touchant toute la société (la mise en données du monde). »

Commentaire :

Premièrement, cela me donne l’envie de lire Le Pendule de Foucault d’Umberto Eco et d’y retrouver notamment ce passage sur le traitement de texte notamment parce que celui-ci met en évidence que le numérique n'est pas juste un outil, mais qu'il modifie modifie notre manière de produire du savoir.

Ensuite, il oriente à la fois en direction d’une méthodologie et pensée historienne tout en permettant d’aborder des spécificités liées à l’histoire numérique comme la question des langages par balises (encodage), les questions autour des données et de leur visualisation, les aller-retours entre une lecture macro et micro des données.

Portant sur l’examen des phénomènes numériques touchant toute la société avec la mise en données du monde, sa dernière partie permet d’aborder historiquement l’histoire et la place des techniques dans nos sociétés tant actuelle que passées. Pour moi, comme le propose Bernard Lepetit (1995) dans Les formes de l’expérience, il s’agit de dépasser les mythes techniciens (le mythe des révolutions techniques, le mythe de l’inventeur héroïque) et le déterminisme technique pour aller vers une Histoire des acteurs et des pratiques (lire à ce propos : Kaufmann, L. (2022). L’enseignement de l’histoire est-il soluble dans les Humanités numériques ? In LUDOVIA#CH22, Yverdon-les-Bains, 12 avril, diapositives 8 à 13).

Réf. : Frédéric Clavert (2015, 16 février). Enseigner les Humanités numériques (1). L'histoire contemporaine à l'ère numérique. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/plvo

#histoire #histodon #HumanitéNumériques #réflexions

Vous pouvez ajouter un commentaire et consulter les commentaires déjà publiés en cliquant sur Discuss...

Pour retrouver l'ensemble de mes billets de blogs : [https://lyonelkaufmann.ch]

Lyonel Kaufmann 2023-2024 https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Catégories du Blog: #AuCafé #Histoire #Roadbook #lecture #musique #photographie

La criminalisation des pauvres et des marginaux en Suisse jusqu'à une époque récente.

Hidelbank Repassage dans l’établissement de Hindelbank (BE), vers 1928 (Archiv der Justizvollzugsanstalt Hindelbank).

Jusqu'en 1981, des dizaines de milliers d’hommes et de femmes ont été placés de force dans des institutions en Suisse sans avoir commis d'infraction. Grâce aux efforts constants des personnes concernées, le dossier sensible mais longtemps méconnu de l’internement administratif a été porté sur la place publique et, plus récemment, a fait l’objet d’études historiques. Les connaissances qui en résultent doivent désormais faire partie intégrante de l'historiographie nationale. Au travers d’articles sur les notions clés, sur diverses institutions ainsi qu'une sélection de biographies, le Dictionnaire historique de la Suisse (DHS) consacre un vaste projet à cette thématique, qui sera régulièrement enrichie par de nouvelles contributions.

Le dossier Mesures de coercition à des fins d'assistance et placements extrafamiliaux du DHS : (https://hls-dhs-dss.ch/fr/dossiers/000032/2024-03-12/

#Histoire

Vous pouvez ajouter un commentaire et consulter les commentaires déjà publiés en cliquant sur Discuss...

Pour retrouver l'ensemble de mes billets de blogs : [https://lyonelkaufmann.ch]

Lyonel Kaufmann 2023-2024 https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Catégories du Blog: #AuCafé #Histoire #Roadbook #lecture #musique #photographie

Le journal Le Temps de ce mercredi 10 janvier 2024, sous la plume d’Adrienne Fichter (Républik), m’apprend que la commune bernoise de Zimmerwald héberge le Centre des opérations électroniques (COE) du Département fédéral de La Défense et donc du Service de renseignement de la Confédération (SRC). Cette entité conduit une surveillance de masse des télécommunications (réseaux câblés) de et en Suisse.

Le petit village pittoresque de Zimmerwald, en 1864, soit un demi-siècle avant la conférence historique. Wikipedia/Daniel Guggisberg

Jusqu’ici, la Commune de Zimmerwald m’était connue pour avoir accueilli la conférence de Zimmerwald soit une réunion de militants socialistes qui s'est tenue du 5 au 8 septembre 1915, au cours de la Première Guerre mondiale.

Wikipédia nous apprend que l’objectif de la conférence était de rassembler les socialistes fidèles à l'internationalisme et de lutter contre la guerre et contre le triomphe du chauvinisme et du militarisme dans la social-démocratie (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Zimmerwald).

Parmi les participants se trouvaient Lénine, Trotski et le socialiste suisse Robert Grimm, organisateur de la conférence).

Robert Grimm, éminent journaliste de gauche et rédacteur en chef du journal «Berner Tagwacht», prend en charge l’organisation de la rencontre et loue un local à son nom. L’historien Bernard Degen souligne que Robert Grimm était «un organisateur brillant et un orateur captivant, probablement l’une des figures politiques les plus importantes que la Suisse ait connu au vingtième siècle». La conférence se déroule en secret. Les autorités sont persuadées qu’il s’agit d’un rassemblement d’ornithologues, et non de socialistes. Source : Zimmerwald, berceau de la révolution russe

Pendant longtemps, le paisible village de Zimmerwald eut de la peine à se remettre de cette présence (à lire : Zimmerwald, berceau de la révolution russe | Swissinfo).

Visiblement, Big Brother fait moins parler et moins peur à Zimmerwald que les participants d’une réunion en faveur de la Paix et contre la guerre.

À lire : Les chants de Lénine, Trotski, Grimm et d’autres résonnent encore dans la bourgade tranquille de Zimmerwald

Tags: #AuCafé #Histoire #presse #Suisse

Vous pouvez ajouter un commentaire et consulter les commentaires déjà publiés en cliquant sur Discuss...

Pour retrouver l'ensemble de mes billets de blogs : [https://lyonelkaufmann.ch]

Lyonel Kaufmann 2023-2024 https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Catégories du Blog: #AuCafé #Histoire #Roadbook #lecture #musique #photographie

À la fin du XIXe siècle, la ville de Berne prospère et l’université s’étend dans le quartier de la Länggasse. Un nouveau bâtiment principal à la Grosse Schanze est inauguré en 1903 et le nombre de facultés augmente.

Une fois à l’intérieur, celui-ci offre aux visiteurs le sentiment d’entrer dans une nouvelle cathédrale.

Il en est ainsi en montant l’imposant escalier doublé agrémenté de cette fenêtre à vitrail.

Bâtiment principal – Université de Berne : Main building – Hochschulstrasse 4

#histoire #histodons #suisse # berne #roadbook #roadtrip

Vous pouvez ajouter un commentaire et consulter les commentaires déjà publiés en cliquant sur Discuss...

Pour retrouver l'ensemble de mes billets de blogs : [https://lyonelkaufmann.ch]

Lyonel Kaufmann 2023-2024 https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Catégories du Blog: #AuCafé #Histoire #Roadbook #lecture #musique #photographie

Intéressante réponse de Justin Favrod (Revue Passé simple) à la question du journal 24 Heures.

Question : L’un est-il plus héroïque que l’autre?

Justin Favrod:

Tout dépend de la définition que l’on se fait de l'héroïsme. Si on prend la mesure du héros suisse tel que fantasmé, Davel est beaucoup plus un héros suisse que la Mère Royaume.

Mère Royaume Mère Royaume sur un âne (toile provenant de la taverne du Crocodile). Tableau de Ferdinand Hodler (Berne, 1853 – Genève, 1918). Datation : 1886 – 1887. Dimensions Haut 250.5, larg 141.5 cm. Matériaux. Huile sur toile. © Ville de Genève, Musées d'art et d'histoire. Numéro d'inventaire 1934-0018. Lien : https://www.mahmah.ch/collection/oeuvres/la-mere-royaume/1934-0018

Lire la suite...